La cité ouvrière

Dans le début du XIXème siècle, avec l’essor de certains sites industriels, le besoin de main-d’œuvre est important. Les campagnes alentour se vident et un flux important de personnes se masse dans les petites villes industrielles. Ces premiers citadins s’entassent d’abord dans des petits immeubles de ville ou dans des baraquements, avec des conditions d’hygiène déplorables. Ces situations et l’afflux toujours croissant de futurs ouvriers poussent les promoteurs ou les patrons d’industrie à créer des ensembles de logements. Ces logements sont regroupés sur des terrains à l’écart de la ville,  mais en dehors du lieu de production, contrairement aux premières formes de logements ouvriers. Les cités peuvent être composées de plusieurs typologies bâties (maisons en bandes, maisons individuelles, mitoyennes ou non, petits immeubles), construites selon un plan de composition créant un nouveau quartier essentiellement résidentiel. Les premières cités ouvrières sont rudimentaires, spartiates et généralement très denses. Le but est de pouvoir créer un maximum de petits logements sur une surface minimale. Les logements les plus nombreux et les plus sommaires sont répétés et alignés sur des longues bandes, à l’instar des baraquements militaires.


Outre le gain financier (la plupart des logements en cité sont vendus ou loués), la construction de ces cités assure aux patrons une main d’œuvre en meilleure santé, fidélisée ou en tout cas reconnaissante, et éloignée des tentations de la ville (boisson). Plusieurs objets rappellent la filiation de la cité à son entreprise : le plus courant et nécessaire est la sirène qui appelle les ouvriers au travail en sonnant l’heure de réveil et celle du départ pour l’usine.

Les cités ouvrières sont parmi les premières formes de lotissement comme on l’entend aujourd’hui. Elles sont des quartiers-dortoir, et ne constituent pas une extension de la ville : leur système viaire reste autonome et n’enrichit pas celui du bourg. Les voiries créées ont une simple fonction de desserte des nouveaux logements. Les cités sont construites selon un principe de découpage géométrique et rationnel d’un terrain en lots. Le but est de pouvoir loger rapidement, de nombreuses personnes et de proposer à l’ouvrier un toit salubre, un petit jardin et un bûcher. Les espaces publics ou communs, considérés à cette époque comme source de problèmes et de lieux de débauches, sont donc restreints au minimum.

 

Cartes postales anciennes, Fraisans (39). Archives départementales        Cartes postales anciennes, Fraisans (39). Archives départementales

1a et b. Cartes postales anciennes, Fraisans (39)

DESCRIPTIONS

DÉCLINAISONS DÉPARTEMENTALES

Par thème

Par dossier

Commune
 

Ministère de la Culture

UDAP du Territoire-de-Belfort

Place de la Révolution française

90000 Belfort

Tél.: 03 84 90 30 40

CAUE DE CÔTE-D'OR

21000 DIJON

Tél.: 03 80 30 02 38

info@caue21.fr

www.caue21.fr

CAUE DU DOUBS

1 chemin de Ronde du Fort Griffon

25000 BESANÇON

Tél. 03 81 68 37 68

contact@maisonhabitatdoubs.fr

www.maisonhabitatdoubs.fr

CAUE DU JURA

151 rue Regard

39000 LONS-LE-SAUNIER

Tél. 03 84 24 30 36

caue39@caue39.fr

www.caue39.fr

CAUE DE LA NIÈVRE

3 rue des Trois Carreaux
58000 NEVERS
Tél. 03 86 71 66 90
caue58@wanadoo.fr
www.caue58.com

CAUE DE HAUTE-SAÔNE

1 rue Max Devaux - BP 80275
70005 VESOUL Cedex

Tél. 03 84 96 97 77
caue70@wanadoo.fr

www.caue70.fr

CAUE DE SAÔNE-ET-LOIRE

6 quai Jules Chagot
71300 MONTCEAU-LES-MINES

Tél. 03 85 69 05 25
contact@caue71.fr

www.caue71.fr

CAUE DE L'YONNE

8 avenue du 4e Régiment d'Infanterie

89000 AUXERRE

Tél. 03 58 43 80 33

accueil@caue89.fr

www.caue89.fr

© 2013-2022 CAUE de Bourgogne-Franche-Comté