L'atelier-ferme

En amont des systèmes usiniers, on note une activité proto-industrielle qui se développe sous forme d’ateliers-fermes. Des agriculteurs pluriactifs développent une activité d’artisanat mécanisée, dans leur ferme ou en site propre, qui prend le pas sur l’activité agricole. La culture et l’élevage ne sont plus qu’un moyen de subsistance pour les ouvriers et la famille de l’exploitant. Les bêtes peuvent être employées comme force motrice pour les machines.

 

Les dirigeants-exploitants et les ouvriers, lorsque l’entreprise en compte, sont logés et nourris sur place. Les apprentis doivent dormir à l’exploitation ou à l’atelier ; c’est une sorte d’investissement sur la formation de ces jeunes qui, souvent mineurs, sont ainsi chaperonnés et fidélisés.

 

Les ouvriers qualifiés, plus âgés, peuvent se loger, lorsque le site le permet, dans le village proche. L’aspect de ces constructions reste alors proche de l’architecture rurale traditionnelle, bien que certaines exploitations ayant pris de l’ampleur utilisent déjà des moyens de construction nouveaux et semi-industrialisés dépassant rarement les cinquante ouvriers. Elle en comptent généralement une vingtaine.

 

Ces ateliers-fermes sont des clouteries, tréfileries, martinet, moulins, forges, hauts fourneaux, tuileries, salines … qui apparaissent dès le XVème siècle. Certains sites seront vite abandonnés lors de la révolution industrielle, d’autres s’adapteront et se développeront en manufactures et en usines.


Au XVIIIème et XIXème siècle, le développement économique de certains sites nécessite un nombre d’ouvriers plus important. Au bâtiment de l’atelier s’ajoute alors une aile de dortoirs.

Certains patrons développent une forme de gouvernance sur leurs employés, les logements sur site permettant d’avoir une main mise sociale et parfois morale sur l’ouvrier. Les patrons, estimant que l’ouvrier doit être impliqué aux mêmes causes qu’eux-mêmes, peuvent parfois imposer, au cours des repas que certains président, la prière ou la lecture de la bible.

Ces fabriques sont parfois appelées « usine-couvent » parce qu’elles fonctionnent sur un principe de communauté qui vit quasiment en autarcie.

 

Quelle que soit la taille de l’entreprise, ces formes de logement accueillent les ouvriers sans leur famille.


Taillanderie, Nans-Sous-Sainte-Anne, Doubs (25), CAUE 25

1. Taillanderie, Nans-Sous-Sainte-Anne, Doubs (25)

DESCRIPTIONS

DÉCLINAISONS DÉPARTEMENTALES

Par thème

Par dossier

Commune
 

Ministère de la Culture

UDAP du Territoire-de-Belfort

Place de la Révolution française

90000 Belfort

Tél.: 03 84 90 30 40

CAUE DE CÔTE-D'OR

21000 DIJON

Tél.: 03 80 30 02 38

info@caue21.fr

www.caue21.fr

CAUE DU DOUBS

1 chemin de Ronde du Fort Griffon

25000 BESANÇON

Tél. 03 81 68 37 68

contact@maisonhabitatdoubs.fr

www.maisonhabitatdoubs.fr

CAUE DU JURA

151 rue Regard

39000 LONS-LE-SAUNIER

Tél. 03 84 24 30 36

caue39@caue39.fr

www.caue39.fr

CAUE DE LA NIÈVRE

3 rue des Trois Carreaux
58000 NEVERS
Tél. 03 86 71 66 90
caue58@wanadoo.fr
www.caue58.com

CAUE DE HAUTE-SAÔNE

1 rue Max Devaux - BP 80275
70005 VESOUL Cedex

Tél. 03 84 96 97 77
caue70@wanadoo.fr

www.caue70.fr

CAUE DE SAÔNE-ET-LOIRE

6 quai Jules Chagot
71300 MONTCEAU-LES-MINES

Tél. 03 85 69 05 25
contact@caue71.fr

www.caue71.fr

CAUE DE L'YONNE

8 avenue du 4e Régiment d'Infanterie

89000 AUXERRE

Tél. 03 58 43 80 33

accueil@caue89.fr

www.caue89.fr

© 2013-2022 CAUE de Bourgogne-Franche-Comté